GRAND PARADOXE
Dans cette période de remise en question obligée de certaines habitudes, l’être humain est particulièrement confronté à un GRAND PARADOXE : à la fois, il n'est pas pressé de vieillir (le plus souvent, sauf exception), ce qui le rapproche de la mort et, à la fois, à certains moments, il fait tout pour que le temps lui semble passer plus vite, s’invitant plus rapidement devant la porte de sortie, alors qu’il craint ce qu’il y a derrière (le plus souvent, sauf exception).
Le temps, en termes de durée, est ce qu'il est et c'est notre état d'esprit du moment qui en fait un vécu modulable bien ou malfaisant, alors qu’inéluctablement il nous entraîne vers le futur, sans s’arrêter, au rythme des secondes, des minutes, des heures, des jours, des années qui s’égrènent sans concession.
Conclusion : accepter la condition d'ETRE HUMAIN, en utilisant nos potentialités de lutte avec comme références des valeurs humanistes.