Actualité José HUBERT

13 juillet 2019

Qui est "Je" ?

Qui a des oreilles, saches que c’est pour écouter et entendre ;

Des yeux pour voir, surtout pour regarder ;

Un nez pour capter les odeurs, les apprécier ou pas ;

Un palais « royal » pour goûter et se laisser tenter si ça plait ;

Une peau pour accepter de la laisser caresser par une brise légère, les mains fermes d’un masseur, douces d’un amour… et aimer cela ou non !

Nos sens nous ouvrent les fenêtres sur le monde. Mais ce « Nous » qu’il soit de modestie ou de majesté est-ce bien « je » avec le moins d’a priori, de tabous, de préjugés, d’idées conditionnées possibles ou ce « je » qui en fait n’est qu’un autre par rapport à celui qu’il aurait pu devenir dans des conditions éducatives et de vie, autres.

Travailler sur soi au quotidien, ouvrir les yeux tout grands, gratter progressivement les crèmes anesthésiantes, réveiller les sens, remettre en question ses comportements, pour se rapprocher un peu plus chaque jour de la personne singulière que nous sommes et qui n’est cachée nulle part ailleurs que dans notre cœur.

P1190608

 

P1190616 (2)

Cru du jour (2)

 

L'exposition des oeuvres, dans un premier temps, église d'Assenois a été transférée dans la Galerie, le Cru du Jour.

 

Posté par josehubert à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 juillet 2019

EMERVEILLEMENT

JE VOUS SOUHAITE TOUT L’EMERVEILLEMENT DU MONDE

S’émerveiller d’une rencontre, d’un sourire, d’un rire, d’une larme, d’un ensemble de larmes qui forment les pleurs dans la peine ou la joie, d’une pluie bienfaisante quand l’atmosphère psychologique est trop sec, d’un clin d’œil, d’une courte ou longue activité de loisir physique et/ou intellectuelle, d’une tâche répétitive au quotidien, de la douce chaleur d’un bon bain, de la caresse d’une douche modulée en pression douce ou intense, d’une brise qui trouble le visage et aère la chevelure, du vent plus intense qui nous oblige à nous réorienter pour qu’il devienne porteur, du soleil qui nous éclaire quand notre intérieur s’assombrit et nous réchauffe quand on frisonne de peur, de la lune qui nous fait de temps en temps un clin d’œil discret qu’on remarque quand on est attentif, des étoiles brillantes qui nous font rêver tout en nous remettant à notre juste place, d’un petit matin frais, du jour, de la nuit, d’une parole d’un papa, d’une maman, même si ce n’est plus que dans des rêves, de l’acte amoureux qui conduit momentanément à ne plus faire qu’un – illusion des illusions, mais c’est déjà ça –, de la VIE, avant tout, pour la vivre donc en profiter tant et plus – encore et en corps – pendant qu’il est encore temps.
Je vous souhaite de belles journées qui ne vous laissent pas accrochés au passé et à ses problèmes, mais qui vous transportent, plus riches, d’expérience en expérience de vie, - aux enseignements authentiques, joyeux et positifs - vers le futur, sur le chemin singulier que vous tracerez de votre courage et de votre persévérance ensoleillée par des rires et des sourires en coin.
JE VOUS SOUHAITE DE DONNER DE LA VIE AU TEMPS.

Posté par josehubert à 16:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 janvier 2019

"L'ULB s'expose en ville":

J’ai le plaisir de vous faire savoir que quatre de mes compositions abstraites ont été retenues pour être présentées dans le cadre de "L'ULB s'expose en ville".

2019-01-24 19

2019-01-24 17

 

Posté par josehubert à 23:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Le spectateur qui devient REGARDEUR

Réflexion à propos de ce qu’une personne singulière induit inconsciemment dans son propre regard, parfois !

Il est possible de passer à côté de ce que la vie nous offre à découvrir   qui ne peut être capté que par nos 5 sens.

De deux choses l’une : ou bien on traverse la vie comme un voyageur, qui se contenterait d'observer sans participer à l'action : un simple spectateur neutre, relativement insensible, pour qui l’existence est incolore, inodore, insipide, et qui n’aurait pas conscience de l’urgence de s’en délecter tant qu’il est encore temps – le piège du : « Ah si j’avais su… Ah si c’était à refaire » lui pend au nez – ou bien on se comporte en regardeur singulier.

Le percepteur en tant que personne unique, responsable, est plus qu’un simple capteur, plus qu’un récepteur dont le mouvement intentionnel vers ce l’entoure s’appelle la perception d’informations. C’est un être humain avec sa sensibilité, marqué par les traces intimes de son passé, qui, au lieu de se contenter de « voir », possède certaines capacités à développer pour en faire des compétences afin de devenir un regardeur, un observateur éclairé, voire un examinateur.

Je suis un grand regardeur de toutes choses, rien de plus, mais je crois avoir raison ; toute chose contient une pensée ; je tâche d'extraire la pensée de la chose (Hugo, Rhin, 1842, p. 381).

Elle regardait (…) parce qu'il faut bien regarder quelque chose quand on a les yeux ouverts (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 302).

Tâche de gagner du temps, de vivre au jour le jour. Ne regarde pas au-delà de la journée qui s'ouvre (Mauriac, Mal Aimés, 1945, ii, 1, p. 187).

Le comportement du regardeur ne s’apparente pas à celui du séducteur – tout au plus, et rarement, à celui d’un charmeur, ce qui l’aide sans doute à se rassurer – ni à celui du voyeur qui présente un trouble de la sexualité consistant à épier autrui à son insu dans des conduites impliquant l'intimité (rapports sexuels, toilette, défécation, miction).

C'est par touches légères qu'il dessine, si bien qu'il est difficile de contredire catégoriquement cet artiste, ce séducteur (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p.238).

Posté par josehubert à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2019

"L'ULB s'expose en ville": j’ai le plaisir de vous faire savoir que quatre de mes compositions abstraites ont été retenues pour être présentées.

ULB P1190226 (2)

Une centaine d’œuvres réalisées par plus de 70 artistes ont été choisies par un jury professionnel et vous sont présentées à cette occasion. 

INVITATION

ULB Engagée, ULB Culture et La Faculté d’Architecture La Cambre Horta, avec le partenariat de Médecins du Monde, ont le grand plaisir de vous convier au vernissage de l’Exposition « L’ULB s’expose en Ville », œuvres d’art réalisées par les membres de la Communauté Universitaire,

LE 24 JANVIER 2019 DE 18H A 21H30

A l’Espace Architecture, Faculté d’Architecture La Cambre Horta

19bis Place Flagey – 1050 BRUXELLES 

Exposition ouverte du 25 janvier au 24 février 2019

Lun-Ma 12h-14h, Me-Ve 12h-18h, Sa-Di 14h-18h

Entrée libre

NOTEZ DÉJÀ :

Vente aux enchères des œuvres au profit de Médecins du Monde, le dimanche 24 février à 16h

Informations : ULB Culture - www.ulb.ac.be/culture - 02 650 37 65 - culture@ulb.ac.be

Posté par josehubert à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 janvier 2019

L'ULB s'expose en ville

Je participe à "l'ULB s'expose en ville"

Cliquer sur : ULB_s_expose_en_ville_folder

2019-01-24 19

2019-01-24 17

Posté par josehubert à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

S'émerveiller

S’émerveiller 

d’une rencontre, d’un sourire, d’un rire, d’une larme, d’un ensemble de larmes qui forment les pleurs dans la peine ou la joie, d’une pluie bienfaisante quand l’atmosphère psychologique est trop sec, d’un clin d’œil, d’une courte ou longue activité de loisir physique et/ou intellectuelle, d’une tâche répétitive au quotidien, de la douce chaleur d’un bon bain, de la caresse d’une douche modulée en pression douce ou intense, d’une brise qui trouble le visage et aère la chevelure, du vent plus intense qui nous oblige à nous réorienter pour qu’il devienne porteur, du soleil qui nous éclaire quand notre intérieur s’assombrit et nous réchauffe quand on frisonne de peur, de la lune qui nous fait de temps en temps un clin d’œil discret qu’on remarque quand on est attentif, des étoiles brillantes qui nous font rêver tout en nous remettant à notre juste place, d’un petit matin frais, du jour, de la nuit, d’une parole d’un papa, d’une maman, même si ce n’est plus que dans des rêves, de l’acte amoureux qui conduit momentanément à ne plus faire qu’un – illusion des illusions, mais c’est déjà ça  –, de la VIE,  avant tout, pour la vivre donc en profiter tant et plus – encore et encore –   pendant qu’il est encore temps.

Je vous souhaite de belles journées qui ne vous laissent pas accrochés au passé et à ses problèmes, mais qui vous transportent, plus riches, d’expérience en expérience de vie, - aux enseignements authentiques, joyeux et positifs - vers le futur, sur votre chemin singulier que vous tracerez de votre courage et de votre persévérance ensoleillée par des rires et des sourires en coin.

Émerveillement, vous avez dit émerveillement… oui j’ai répété émerveillement, avec encore et toujours « l’envie d’avoir envie ».

P1160038 (2)

Photo P1160038 (2) ©

 

Posté par josehubert à 11:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2018

Compositions récentes de José HUBERT copyright © et présentation de René HUIN à la Galerie des Collines

Compositions récentes de José HUBERT copyright ©

Photo, impression jet d'encre, acrylique, verni 21 cm x 29,8 cm

P1180827 (2)

P1180828 (2)

P1180832 (2)

Compositions récentes de José HUBERT copyright ©

Compositions aux couleurs d'automne J. H. : photos P1180005©, P1180002©, P1180004©, P1180001©.

 

P1180005

 

P1180002

 

P1180004

 

 

 

 

 

 

 

 

P1180001 (2)

 

 

FACEBOOK 41959022_10156500297444435_4716874053883789312_n

FACEBOOK 42541809_10156516302864435_1335313823476744192_n

FACEBOOK 42629507_10156516302819435_7967387560710242304_n

FACEBOOK 42833650_10156525197079435_3720412959420186624_n

FACEBOOK 42839913_10156526750154435_4111558770688000000_o

 

René HUIN : sa dernière exposition personnelle à la Galerie des Collines de VAUCELLES.

José HUBERT

www.galeriedescollineshubert.com

René HUIN aime la peinture : jeune, son désir était de devenir peintre en bâtiment.

« Une vie réussie » a dit Jacques BREL « C’est une vie dans laquelle un rêve d’adolescent se concrétise ». Ce ne sont pas les mots exacts employés, mais l’esprit est bien celui-là.

René HUIN aime la musique : il ne peint pas avec en arrière-fond une ambiance musicale, même délicate.

Il n’y a pas de place pour un trouble extérieur dans la méditation intime de René HUIN pour qu’il entre en contact avec sa musique intérieure, parfois troublante, et qu’il l’exprime avec des couleurs, des lignes, des formes…

René HUIN, le troublé, s’exprime à la fois de façon troublante et rassurante.

Quand il peint, l’artiste se trouve en état de méditation, dans un état de conscience modifié – c’est l’expression actuelle. Son corps, à travers l’acte physique de peindre, communie harmonieusement avec son esprit où coule la musique sereine ou troublée de la vie, de sa vie.

Et son expression est ce qu’elle devient dans des compositions abstraites finement et judicieusement construites.

Les œuvres sont belles et surtout bonnes : elles reflètent un cheminement vers l’essentiel qui se cache dans la simplicité.

Il s’agit d’une créativité personnelle et de son expression nécessitant de l’intuition fondue en imagination et un savoir technique discipliné et sans pareil : l’acte créateur né et grandit de l’intime connexion entre les deux.

La carte n’est pas le territoire affirme-t-on en PNL. Longtemps, les adeptes de la figuration ont cru représenter « réellement » le réel alors que nous ne pouvons en obtenir qu’une représentation subjective.

La musique est respiration. Celle-ci peut être matérialisée par les mouvements d’un corps qui inspire et expire, par des graphiques (spirométrie), par des chiffres, des volumes… Il s’agit toujours de la respiration. Pensez à la pipe de Magritte : « Ceci n’est pas une pipe ».

La représentation que nous propose René HUIN de sa respiration intérieure, de sa musique intime, ne passe pas par des clés, des portées, des notes mais par des formes pures, des couleurs, un graphisme parfois, le tout en communion harmonieuse et singulière.

On sent un équilibre, une stabilité, et des vibrations, invitant à la contemplation, au silence méditatif.

L’art abstrait construit de René HUIN en utilisant des formes et des lignes concrètes nous conduit vers sa musique intérieure pour nous renvoyer à notre propre musique, un instant, troublée.

Prenez le temps de contempler une ou plusieurs œuvres avec des perspectives de vue diverses, puis fermez les yeux, retrouver l’image, tout en écoutant la musique qui s’éveille ou se réveille en vous, avec un corps bien présent, et alors vous entrez dans un monde unique où le temps semble absent.

Posté par josehubert à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La fête du traval

La fête du travail, notion sous-tendue par une caractéristique de pénibilité, de souffrance, et pour certains, dans le passé et peut-être encore à notre époque, de "torture".
Pourquoi pas une fête spécifique pour chacun : la fête du travail sur Soi?

Posté par josehubert à 14:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2018

REFLEXIONS

Par rapport au désarroi de certains en face de l'être humain, il me semble qu'il est nécessaire de ne pas généraliser et de faire la part des choses:

1) ne pas confondre caractéristiques profondes - le caractère - et la personnalité (celle-ci est une construction progressive où l'environnement et l'éducation dans les premières années de vie jouent un rôle primordial, puis le parcours scolaire ensuite, et la manière de tirer ou non profit des autres expériences de vie);

2) ne pas confondre ce qu'un être humain est et ses comportements à certains moments qui dépendent des circonstances (le chat de mon voisin est très affectueux, mais il a présenté des sautes d'humeur et a griffé... le vétérinaire a mis cela en relation avec le fait qu'il n'avait à manger qu'une fois par jour - il n'est pas un tigre mais a acquis ce comportement pour se protéger, ou éliminer l'agressivité qu'il accumulait en lui) ;

En tout cas, il faut prendre en compte le passé d'un individu - au sens qu'il devrait apparaître tout simplement comme un ensemble d'expériences vécues dont il a intérêt à tirer le meilleur ( idéalement il faudrait donc lui apprendre à le digérer et à s'en nourrir, ça devrait être l'objet de la thérapie plutôt que d'accepter, en tant que thérapeute, TROP LONGTEMPS des plaintes et de chercher des coupables ce qui est l'objet de la justice des "Hommes" et pas de la thérapie): il s'agit donc de gommer la rancœur, les regrets, les sentiments d'infériorité, les complexes de toutes sortes, la honte, la culpabilité, et s'orienter vers ce qui nous fait le plus de bien au présent, celui-ci préparant notre futur.

QUELQUES NOTIONS POUR MIEUX SE COMPRENDRE et surtout ACCEPTER que bien souvent ce qu’on croit être des causes actuelles de notre souffrance psychologique ne sont que des prétextes qui nous renvoient à des événements de notre passé vécus, à l’époque, avec une souffrance non exprimée donc refoulée.

Le transfert en psychanalyse désigne un processus psychologique au cours duquel des sentiments ou des désirs inconscients envers les premiers objets investis dans l'histoire d'un sujet — le plus souvent les parents —, se trouvent reportés sur une autre personne. Par exemple dans un couple, la femme qui transfert des sentiments qu'elle ressent vis-à-vis de son père sur son compagnon, ou en thérapie sur son thérapeute si c'est un homme.

La projection désigne l'opération mentale (inconsciente) par laquelle une personne attribue à quelqu'un d'autre ses propres sentiments, dans le but de se sortir d'une situation émotionnelle vécue comme intolérable par elle. La personne n'apas conscience d'appliquer ce mécanisme, justement car elle n'accepte pas les sentiments, ou sensations, qu'elle « projette » à l'extérieur, sur l'autre ou sur un objet. Il s'agit donc de mouvements pulsionnels intolérables, ou en tout cas, perçus comme tels. (Wikipédia).

Autre formulation afin de comprendre. C’est Sigmund Freud qui introduit en psychanalyse la notion de projection, qu’il définit comme l’opération mentale inconsciente par laquelle une personne attribue à une autre ses propres sentiments qu’elle n’arrive pas à assumer. Ces sentiments sont perçus à ce point comme négatifs que leur auteur ne peut les reconnaître comme siens et, par ce mécanisme de défense inconscient, il les transpose hors de lui en les attribuant à d’autres. Selon Freud, la projection est un phénomène aussi répandu que normal, voire nécessaire, qui ne devient problématique que s’il prend des proportions délirantes comme dans la paranoïa. (D’après présence à soi).

On n'en sait jamais assez.

Bon week-end. José HUBERT.

Une des citation d’Albert Einstein, la plus fameuse, peut-être:

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ». 

Posté par josehubert à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]