Actualité José HUBERT

18 septembre 2020

Le soleil a rendez-vous avec la lune

Le soleil a rendez-vous avec la lune
Mais la lune n'est pas là et le soleil l'attend
Ici-bas souvent chacun pour sa chacune
Chacun doit en faire autant
La lune est là, la lune est là
La lune est là, mais le soleil ne la voit pas
Paroles de la chanson Le Soleil et La Lune par Charles Trenet
Composition acrylique sur toile J.H.© 2020.
Ce rendez-vous réchauffe les coeurs et éclaire les limbes de la pensée... parfois !

P1250889 (3)

P1250890 (4)

Posté par josehubert à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 septembre 2020

Féminin présent, nouvelle exposition à partir du samedi 26 septembre de à 15 h. à 20 h.

Les artistes proposent aux visiteurs des œuvres abstraites tout en formes, en couleurs et en contrastes : Isabelle Jadot, des constructions très architecturales avec des dégradés de gris et des déclinaisons de rouge garance ; Patricia Clarke, des toiles construites à coups de pinceau et de larges brosses énergiques, pleines de force et de flous harmonieux ; Véronique Deschepper, des compositions mixtes tout en finesse, douceur, et  tension sereine ; Baudrienne Stalpart, des céra-miques façonnées avec une précision extrème, aux nuances discrètes et sensibles.

P1250923 (2)

P1250925 (2)

GALERIE_2018_Jos__HUBERT_a_le_plaisir_de_vous_inviter

Posté par josehubert à 21:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2020

Tu ou ton comportement.

"Les mots tus s'en vont hurler au fond de nous"

Christian Bobin.

Et le "TU" (un autre sens) - le "SOI" intemporel - n'est pas à confondre avec " ton comportement" celui qui est une expression de ton "TU" dans des circonstances particulières... Et si on commençait à remplacer, dans notre communication courante, les fameux "TU" ou "VOUS" par TON, TES, VOS comportements en dissociant ceux-ci de la personne intime, en les recadrant dans un contexte plus élargi, social, notamment.

Et ça ne veut pas dire qu'il faille tout excuser, au contraire essayer de mettre en perspective pour mieux comprendre et inviter à faire comprendre et ne pas aider à transformer des erreurs « humaines », nécessairement en faute plus ou moins intentionnelles.

Je plane peut-être en partie dans l’illusion.

Posté par josehubert à 14:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Et l’être humain a des forces à exploiter, mais aussi des limites à accepter.

L'OEUVRE DE LA SEMAINE 7/09 au 13/09.
Daniel FAUVILLE est né à Charleroi le 7 août 1953.
Concernant l’œuvre de la semaine, « Une bâtisse », acrylique sur toile 100 x 100 cm (collection privée).
Cette peinture recèle une belle harmonie – les pieds ancrés dans le sol, la tête dans le ciel – mais aussi un symbole très discret. En effet, un détail est à mettre en évidence dans la partie inférieure droite de la construction : une coulure de peinture. Une question à se poser : « Pourquoi ? Est-ce une erreur technique ? Est-ce non intentionnel, donc inconscient dans un premier temps, mais accepté par l’artiste dans un second temps ? Est-ce au contraire intentionnel, une idée, donc « conceptuel » ? L’artiste est un être humain !
Et l’être humain a des forces à exploiter, mais aussi des limites à accepter.
Cet artiste, connu pour ses trams, ses bâtisses, ses sérigraphies, ses gravures, ses peintures, ses sculptures, son style reconnaissable, montre des formes de plus en plus épurées et plonge le regardeur dans des atmosphères magiques, surnaturelles.
Son émerveillement est celui de l'enfance : « J’exprime ce que je ressens pour entretenir une forme de mémoire universelle consignée dans des formes simples, avec des matières simples dénuées de toute sophistication ».

P1250840 (2)

P1250844 (2)

Posté par josehubert à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2020

Memento mori

Memento mori (latin «rappelez-vous que vous [devez] mourir» [2] ) est un rappel artistique ou symbolique de l'inévitabilité de la mort. [2] L'expression «memento mori» s'est développée avec la croissance du christianisme, qui a mis l'accent sur le ciel, l'enfer et le salut de l'âme dans l'au-delà. Wikipédia.

Pour le chrétien, la perspective de la mort sert à souligner le vide et la fugacité des plaisirs, du luxe et des réalisations terrestres, et elle est donc aussi comme une invitation à concentrer ses pensées sur la perspective de l'au-delà.

Pour les bouddhistes tibétains, les apparences de la vie actuelle, y compris votre entourage et vos amis, sont comme le rêve de la nuit dernière, et cette vie passe plus vite qu'un éclair dans le ciel.

Pour l’slam, le prophète Muhammad aurait dit : « Souvenez-vous souvent de la mort, destructrice des plaisirs ». Voir Wikipédia.

Dans nos cimetières, il n’était pas rare d’être confronté à la représentation d’un crâne et deux os longs (des fémurs) sur certains monuments (voir le cimetière de Hierges, à la frontière franco-belge).

Mémento mori : « Toi qui passes par ici, dans ce cimetière, devant ma tombe, toi aussi : n’oublie pas que tu mourras, un jour… donc, peut-être, au lieu de tabler sur l’au-delà comme du temps des anciens chrétiens, vit… tu as le choix », une proposition parmi tant d’autres. « Ne faut-il pas préférer donner de la vie au temps, plutôt que s’acharner à donner du temps à la vie, à n’importe quel prix ? ».

En tout cas, ce symbole a vu ses significations diverses déformées avec le temps. Réduit à la fonction de « signe », d’usage courant, il est utilisé pour induire une certaine crainte, voire une peur plus affirmée, pour générer un interdit, comme sur ces photos sur un site industriel désaffecté de Charleroi.

« La peur n’empêche pas de mourir, mais elle empoisonne la vie à bas bruit ».

P1090414

P1250674 (3)

P1250672 (2)

P1250678 (2)

P1250693 (2)

Posté par josehubert à 09:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 septembre 2020

Figuration, abstraction construite.

JEUX D'OMBRES, compositions©J.H. : figuration, abstraction construite.

P1250656 (3)

P1250655 (2)

P1250657 (2)

Posté par josehubert à 22:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2020

Quand un tableau est-il terminé ?

Ce tableau - abstraction lyrique : huile et acrylique sur toile, 50 cm x 50 J.H ©, 08/2020 - est-il terminé ?
REFLEXION.
Gerhard Richter né le 9 février 1932 est un artiste plasticien allemand. Il a produit une œuvre considérable notamment des peintures abstraites et photoréalistes, ainsi que des photographies et des pièces de verre. Il est considéré comme l'un des artistes allemands contemporains les plus importants.
À partir du milieu des années 1980, Richter a commencé à utiliser une raclette maison pour frotter et gratter la peinture qu'il avait appliquée en grandes bandes sur ses toiles.
On peut se poser la question de savoir : « Quand l’artiste estime-t-il ou sent-il intuitivement que le tableau est terminé ? ».
Une des réponses de cet immense artiste dans un contexte plus large :
"Ma préoccupation n'est jamais l'art, mais toujours à quoi l'art peut être utilisé."

P1250653 (3)

Posté par josehubert à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2020

Êtres soi, qu’est-ce que cela veut dire ?

Êtres soi, qu’est-ce que cela veut dire ?

Quelle est la part de l’expression présente de la pousse pleine de promesses que j’étais à la naissance – mes potentialités à devenir un ETRE SINGULIER ?

Quelle est la part des « greffons » de l’éducation par apprentissages orientés et influences sociales diverses –  les conditionnements… et l’identification à d’autres, notamment ?

Quelle fleur suis-je devenu ? Une rose, un chardon, ou…

Est-ce que je ne confonds pas ce que je suis et les comportements que j’ai dans certaines circonstances ?

Pour en savoir un peu plus sur soi, ses propres a priori, ses préjugés, ses mécanismes de défense, ses références, ses croyances… ACCEPTER DE SE POSER DE TEMPS EN TEMPS LA QUESTION RADICALE : QU’EST-CE QU’IL Y AVAIT DERRIERE MON COMPORTEMENT – mon rire, mon sourire, mon ton de voix, mes mots, mes peurs, ma colère…

Tout un programme, et pas si simple pour devenir qui tu es (Nietzsche), c’est-à-dire l’être HUMAIN singulier que tu es potentiellement à la naissance… Et on pourrait peut-être ajouter : « Et qui ne confond pas avoir, exister et être » ou dit de façon plus imagée : « Ce qu’il est et la fonction qu’il occupe dans les trois grands aspects de la vie quotidienne : la famille, le travail, les loisirs ».

Pour réfléchir… et mieux encore pour méditer !

Posté par josehubert à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2020

L'OEUVRE DE LA SEMAINE 17 /08 au 23/08

L'OEUVRE DE LA SEMAINE 17 /08 au 23/08 :
Une sculpture en bronze (40 cm x 16 cm) de Jacques Jauniaux, son : titre « Gamineries » … Pourquoi à votre avis ?
Une chaise pour deux, des têtes squelettiques donc de mort.
Les deux personnages semblent peut-être danser, non c’est se disputer, se battre pour saisir la chaise… et en disposer égoïstement.
Même morts, ils se battent encore pour prendre une place pour « avoir », « ex…ister » et pas pour « être ».
P.S. Exister. Du latin existere ou exsistere, « sortir de », « se manifester, se montrer », composé de ex et de sistere.
Jacques JAUNIAUX, un artiste polyvalent (peintre, sculpteur, dessinateur, sérigraphe). Linkebeek, atelier à Beersel. Né à Bruxelles en 1934. Etudes d’illustration et de gravure à La Cambre (1952). Etudes de photogravure en 1953. En 1954, participe à la réalisation d’un film sur Ovide Decroly. Imprime des sérigraphies pour Roger Dewint, Corneille, Pierre Caille... A partir de 1979, en plus de son activités surtout centrée sur la sculpture, il édite des livres à petit tirage qu’il réalise et diffuse seul. Créateur d’ex-libris, de jouets, de vêtements (notamment des robes peintes). Présentation du Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée de La Louvière.

P1250504 (2)

P1250505 (2)

P1250506 (2)

Posté par josehubert à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2020

Vous avez dit SYMBOLE

Dans la bibliothèque de mon fils Marc, je viens de redécouvrir : « Le matin des magiciens » édité en 1960, fort décrié par quelques-uns à une certaine époque alors que la présentation en quatrième de couverture ne devrait pas induire de doutes.

Je vous propose une partie du chapitre sur la notion de symbole, à lire ou à écarter de sa propre réflexion, dans le cadre d’une approche phénoménologique (donc en mettant son savoir, ses a priori, ses préjugés entre parenthèses, et sans confondre savoir et intelligence).

P1250500__2_

P1250501__2_

P1250502__3_

P1250503__2_

Posté par josehubert à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]