René HUIN : sa dernière exposition personnelle à la Galerie des Collines de VAUCELLES.

José HUBERT

www.galeriedescollineshubert.com

René HUIN aime la peinture : jeune, son désir était de devenir peintre en bâtiment.

« Une vie réussie » a dit Jacques BREL « C’est une vie dans laquelle un rêve d’adolescent se concrétise ». Ce ne sont pas les mots exacts employés, mais l’esprit est bien celui-là.

René HUIN aime la musique : il ne peint pas avec en arrière-fond une ambiance musicale, même délicate.

Il n’y a pas de place pour un trouble extérieur dans la méditation intime de René HUIN pour qu’il entre en contact avec sa musique intérieure, parfois troublante, et qu’il l’exprime avec des couleurs, des lignes, des formes…

René HUIN, le troublé, s’exprime à la fois de façon troublante et rassurante.

Quand il peint, l’artiste se trouve en état de méditation, dans un état de conscience modifié – c’est l’expression actuelle. Son corps, à travers l’acte physique de peindre, communie harmonieusement avec son esprit où coule la musique sereine ou troublée de la vie, de sa vie.

Et son expression est ce qu’elle devient dans des compositions abstraites finement et judicieusement construites.

Les œuvres sont belles et surtout bonnes : elles reflètent un cheminement vers l’essentiel qui se cache dans la simplicité.

Il s’agit d’une créativité personnelle et de son expression nécessitant de l’intuition fondue en imagination et un savoir technique discipliné et sans pareil : l’acte créateur né et grandit de l’intime connexion entre les deux.

La carte n’est pas le territoire affirme-t-on en PNL. Longtemps, les adeptes de la figuration ont cru représenter « réellement » le réel alors que nous ne pouvons en obtenir qu’une représentation subjective.

La musique est respiration. Celle-ci peut être matérialisée par les mouvements d’un corps qui inspire et expire, par des graphiques (spirométrie), par des chiffres, des volumes… Il s’agit toujours de la respiration. Pensez à la pipe de Magritte : « Ceci n’est pas une pipe ».

La représentation que nous propose René HUIN de sa respiration intérieure, de sa musique intime, ne passe pas par des clés, des portées, des notes mais par des formes pures, des couleurs, un graphisme parfois, le tout en communion harmonieuse et singulière.

On sent un équilibre, une stabilité, et des vibrations, invitant à la contemplation, au silence méditatif.

L’art abstrait construit de René HUIN en utilisant des formes et des lignes concrètes nous conduit vers sa musique intérieure pour nous renvoyer à notre propre musique, un instant, troublée.

Prenez le temps de contempler une ou plusieurs œuvres avec des perspectives de vue diverses, puis fermez les yeux, retrouver l’image, tout en écoutant la musique qui s’éveille ou se réveille en vous, avec un corps bien présent, et alors vous entrez dans un monde unique où le temps semble absent.