Pourquoi des enfermements ? Même symboliques.

Une question qui mérite réflexion.

Ces photos ont été prises à la hâte dans un certain environnement à ne pas négliger.

La maison est habitée par une dame âgée qui a regardé par la fenêtre et à qui j’ai demandé l’autorisation de photographier. Elle jouxte une route assez fréquentée. Le trottoir : une sorte de no man’s land entre la demeure et la chaussée.

Supposons que cette dame soit grand’mère ou amoureuse des chats : elle s’est obligée de faire placer un grillage non pas pour emprisonner mais pour protéger, au risque de perturber l’esthétique du lieu, ce qui semble dérisoire par rapport aux risques possibles.

Le photographe aurait pu envisager une autre perspective éliminant l’encombrant grillage : négligence du contexte, tromperie !

Un grillage peut donc enfermer ou protéger, jouant ainsi avec la notion de liberté qui doit nous être chère, d’où la nécessité de la repositionner dans une vision ouverte de la réalité dans le présent ou de celle envisageable dans le futur.

Il en va de même du maquillage : est-il utilisé à cacher un défaut ou à mettre en évidence une particularité singulière ?

Ce qui est certain c’est qu’une photo peut devenir potentiellement trompeuse quand elle n’est pas replacée dans l’environnement et le contexte du moment.

DSC_0215 (2)

DSC_0216 (2)

DSC_0218 (2)