Liberté, vous avez dit liberté.
Liberté, égalité, fraternité !
La liberté consiste à faite tout ce qui ne nuit pas à autrui.
Egalité : les hommes naissent et demeurent libres et égaux en dignité et en droit… Et en devoir ? Mon sentiment : oui pour la dignité et les droits, non pour les devoirs.
Les notions de liberté et d’égalité sont liées à la loi.
Et la fraternité ? « Une femme égale de l’homme » ? Une impossibilité dans l’absolu : ils sont complémentaires. Ce qui est vrai de ces êtres de sexes différents est aussi vrai entre des personnes d’origines sociales différentes, au pouvoir psychologique, aux moyens pratiques et financiers différents… ils sont égaux en dignité et en droit et PAS en DEVOIR vis-à-vis de la société dont le vécu équilibré implique nécessairement la notion de redistribution en fonction de capacités de base et de moyens financiers différents.

Je propose donc la notion de complémentarité dans la fraternité, d’équité dans le partage ( chacun selon ses moyens).

Si on se rapporte à: « Aime ton prochain comme toi-même ! », cela veut dire selon moi deux choses :
- Si tu ne t’aimes pas toi-même, comment aimer ton prochain ?
- « Aime ton prochain comme toi-même » c’est en réalité t’aimer toi-même comme si tu étais un prochain (un autre) par rapport à toi-même que tu aimerais.

« Votre liberté chérie s’arrête là où commence celle de l’autre ! ».